Revendre son agence


Un départ à la retraite, un changement d’activité peuvent motiver la mise en vente d’une agence.
Afin d’assurer cette vente dans les meilleures conditions, il est important de rassembler tous les éléments nécessaires. La vente d’une agence se fait en plusieurs étapes.

Evaluation du bien

Il faut préparer un dossier présentant :
● L’historique de l’agence.
● Le marché sur lequel l’entreprise déploie son activité, ses possibilités d’évolution (nombre de défunts/an,…).
● Les bilans de la société, sa valeur économique (chiffre d’affaires, capacité à dégager des bénéfices)
● Situation géographique : taille de la commune, quartier, lieu de passage ou non, accès par les transports, possibilité de stationnement, proximité ou non des cimetières et d’établissements de soin…
● L’agence : surface des locaux, le coût du loyer et du droit au bail commercial, équipements, les travaux éventuels…
● Les actifs : matériel (véhicules, stocks cercueils, urnes et plaques) et portefeuille de contrats obsèques signés
● Le type de clientèle, les fournisseurs…
On peut pour tout cela s’appuyer sur un professionnel dont l’expertise permettra d’évaluer de façon précise la valeur de l’agence. Il existe plusieurs sites web sur lesquels vendre son agence.

Calculer la valeur d’une agence de pompes funèbres

Il est de tradition de donner la valeur de petits commerces et en particulier d’agences de pompes funèbres en multiple du Chiffre d’Affaires. Bien que séduisant ce concept est très simpliste. S’il ne faut en garder qu’un le meilleur ratio est un multiple de l’EBITDA (x6-x8 en 2015). Néanmoins entreront en particulier dans ce calcul le niveau de croissance de votre agence de pompes funèbres, le potentiel de développement et le niveau de notoriété spontanée dans votre zone de chalandise.
Il faudra ajouter au résultat obtenu la dette nette de l’entreprise et la valeur des actifs matériels (véhicules,…) et du portefeuille prévoyance de l’entreprise.

Après la phase d’évaluation et de mise en vente suit la phase de négociation. Négocier avec un acheteur potentiel implique de fixer préalablement quels sont les éléments sur lesquels il est possible de faire des concessions…et ceux non négociables. Il importe également de se renseigner sur l’acheteur, sur sa capacité à gérer l’agence et sur l’apport financier dont il dispose.
Les points à aborder en négociation sont nombreux : points forts et points faibles de l’agence, mode de rachat, date de la vente, prix, accompagnement du vendeur lors des premiers mois de la reprise, termes du contrat de vente…

Transaction

Une fois la négociation menée, un accord peut être rédigé : il prendra la forme d’un compromis de vente, pour lequel il est possible de consulter un notaire ou un avocat qui précisera les dispositions légales nécessaires afin de faire du document un accord valide.

Acte de cession de fonds de commerce

L’acte de cession de fonds de commerce doit mentionner le nom du vendeur, la date de la cession et le prix de l’acquisition. Le document indiquera également le chiffre d’affaires des trois dernières années et celui de l’année en cours, les créanciers éventuels, une clause de garantie protégeant l’acquéreur des dettes imprévues et une clause de non-concurrence.

Pompes funèbres : l’habilitation en cas de reprise

Dans le cas d’une reprise d’entreprise avec changement de gérant, il faudra redemander une habilitation. En effet, l’habilitation funéraire est attachée à la fois à l’agence et au gérant. De plus l’habilitation qui sera éventuellement délivrée sera à nouveau une habilitation d’un an renouvelable une fois.


Les métiers du funéraire impliquent des aspects particuliers : transport de corps, soins de conservation, organisation d’obsèques, corbillard, exhumations, crémations… Pour exercer ces activités, il est impératif de disposer d’une habilitation délivrée par la préfecture. Chaque habilitation recouvre une liste d’activités précises que l’agence est autorisée à mener. Afin d’obtenir cette certification, le responsable de l’agence doit présenter les services qu’il souhaite rendre à sa clientèle et prouver qu’il dispose des moyens habilités pour le faire. Exercer sans habilitation est puni par la loi.